QUAND LE POINT PREND SES DISTANCE AVEC SARKOZY !!

Publié le par titof

Tout arrive ! La preuve ? Le Point lâche Sarko !

Titres en une, chroniqueurs, angles des dossiers… L'hebdomadaire de Franz-Olivier Giesbert reprendrait-il du poil de la bête face à un Président de plus en plus décrié ?

Raté ! C'est bel et bien Sylvie Pierre-Brossolette, rédactrice en chef du service politique du Point qui a tenu la plume de ces quelques lignes assassines. Au milieu du numéro 1844 qui titrait sur Sarkozy « L'acrobate », on aurait pu croire à un moment d'égarement, à un lâcher de nerfs occasionnel.
Dans le même numéro, la charge de BHL contre son « ami » Sarkozy sur le thème de la laïcité a été d'une violence telle que Marianne2 l'a repris cette semaine.

Le numéro 1845, paru mercredi 16 janvier, contredisait cette intuition : avec une question aussi frontale que « Le sarkozysme est-il une monarchie ? » en une, le magazine de Franz-Olivier Gisbert s'aligne dans la critique sur Laurent Joffrin, directeur de la rédaction de Libération ! Page après page, les chroniqueurs vident leur sac :

-Patrick Besson, page 13, aligne les conseils au Président « en vue de ses noces avec Mademoiselle Bruni », comme « éloigner votre fils aîné de votre nouveau couple », ou bien « un bouquet de fleur à Laurent Fabius serait fairplay » !
-Christophe Ono-Dit-Biot, page 35, introduit les bonnes feuilles de la « Chronique du règne de Nicolas Ier », satyrique description de l'ère Sarkozy à la manière du Saint-Simon Grand siècle où Georges-Marc Benamou est élevé au rang de petit Marquis et Rachida Dati faite baronne aux dents longues.

-Le Président est qualifié « d'usurpateur » par Max Gallo, dans sa chronique en page 40. Dénonçant la Cour de pacotille qu'il a réunie autour de sa personne, l'historien pousse la colère jusqu'à citer l'hebdomadaire altermondialiste Politis !
-Même le très libéral Nicolas Baverez délie la langue pour piquer Sarkozy : « on peut faire à peu près tout avec une civilisation, sauf une politique ! », attaque-t-il avant de plaider pour une modernisation effective de la France et non pas pour « une politique de civilisation chimérique ».

-Dernier artilleur, Jacques Marseille s'en prend au nouvel indicateur de développement préconisé par le Président pour se substituer au PIB. Soulignant « une démarche de bon sens » mais qui se heurte notamment à la multiplicité des mesures qui mettent la France bien bas dans les classements internationaux d'épanouissement individuel. « Travailler plus pour gagner plus, un slogan désuet datant manifestement du siècle dernier », balaye Jacques Marseille avant de suggérer un « travailler autant » ou même « travailler moins » mais un « vivre mieux »… slogan traditionnel des partisans de la décroissance !

Le Point va-t-il changer de rive ? N'exagérons rien : la désaffection populaire pour le Président, son image de moins en moins flatteuse pour la droite et une saturation des effets d'annonce peuvent expliquer la nouvelle réserve d'un hebdomadaire qui continue de défendre des valeurs sensiblement conservatrices. S'éloigner d'un Président que tout le monde lâche pour conserver un lectorat de plus en plus sceptique, c'est ce qui s'appelle voler au secours de la victoire. Ce changement de pieds permet en tout cas à Franz-Olivier Giesbert de se moquer de Christophe Barbier, le directeur de la rédaction de l'Express, qui accuse Le Point d'être un journal sarkozyste. Sarkozyste Le Point ? la bonne blague, peut ricaner FOG…

Qui mettre en avant désormais comme figure du « positivisme » libéral et réformateur ? Allez, un pari : sous peu, François Fillon, sacré grand sauveur de la droite libérale, fera la une du Point.

LA SOURCE

Publié dans Parlons de.....

Commenter cet article