Georges Habache, fondateur du FPLP, meurt en Jordanie

Publié le par titof

AMMAN (Reuters) - Le dirigeant palestinien radical Georges Habache, fondateur du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), est mort samedi en Jordanie, ont annoncé des responsables palestiniens. Il avait 80 ans.

Habache a succombé à une crise cardiaque dans un hôpital d'Amman, a-t-on précisé de même source. Il avait fondé le FPLP en 1967.

Réfugié de la guerre israélo-arabe de 1948 qui marqua la création d'Israël dans la Palestine jusque-là sous mandat britannique, il avait vécu en exil en devenant un implacable adversaire de l'Etat juif.

Des dizaines de partisans d'Habache ont afflué à l'hôpital pour y exprimer leurs condoléances à sa femme Hilda et à ses deux filles.

"Nous porterons la bannière d'Habache et de la nation arabe qu'il chérissait. Habache a toujours cru que la Palestine serait libérée", a déclaré Hilda Habache à Reuters.

Elle a ajouté que son mari, hospitalisé il y a cinq jours, avait suivi jusqu'à ses dernières heures l'évolution des événements dans les territoires palestiniens, en particulier dans la bande de Gaza contrôlée par le mouvement islamiste Hamas et soumise à un blocus israélien.

"Il a vécu pour son peuple et il est mort pour son peuple."

Les services du président palestinien Mahmoud Abbas ont décrété un deuil de trois jours après la mort d'Habache. Nabil Abou Raidnah, l'un des collaborateurs d'Abbas, a rendu hommage à un "dirigeant historique".

Le FPLP, qui préconise la lutte armée pour la création d'un Etat palestinien, avait été marginalisé en 1993 lorsque Yasser Arafat, alors chef de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), signa des accords intérimaires de paix avec Israël.

DETOURNEMENTS

Le FPLP d'Habache, qui se fit connaître à la fin des années 1960 et au début de la décennie suivante par une série de détournements d'avions, excluait toute négociation avec Israël.

Avec une précision militaire, des activistes du FPLP avaient détourné quatre avions de ligne occidentaux avec plus de 500 personnes à leur bord en septembre 1970, pour sanctionner le soutien occidental à l'Etat juif, obtenir la libération de prisonniers et mettre dans l'embarras le roi Hussein de Jordanie.

Trois de ces avions avaient été détruits sur un "terrain d'aviation révolutionnaire" situé dans le désert près de Zarka, en Jordanie. Le quatrième, un jumbo jet de la Pan Am, avait été détruit au Caire. Les passagers avaient été évacués.

Habache, homme de guérilla qui s'exprimait d'une voix douce, avait renoncé à la médecine pour la révolution. Il estimait que la création d'un mini-Etat palestinien aux côtés d'Israël, formule que préconisent les Palestiniens modérés, devait servir de tremplin pour de nouveaux assauts contre l'Etat juif.

Issu d'une famille chrétienne prospère, Habache s'était fait connaître sur le plan politique à la tête du Mouvement nationaliste arabe en 1952.

Il avait quitté le poste de secrétaire général du FPLP en 2000 et passé le relais à Abou Ali Moustafa, qui devait être tué par Israël en 2001 au cours d'un soulèvement palestinien.

Version française Philippe Bas-Rabérin

Publié dans Actualités

Commenter cet article