Sarkozy prépare une révision de la loi de 1905

Publié le par titof

Selon sa directrice de cabinet, "ce sera fait durant le quinquennat". La réforme des conditions d’application de la loi qui assure la séparation de l’Eglise et de l’Etat pourrait favoriser les sectes.

Nicolas Sarkozy prépare bien une révision de la loi de 1905 qui garantit une séparation de l’Eglise et de l’Etat, a indiqué sa directrice de cabinet à l’Elysée Emmanuelle Mignon, affirme le Canard enchaîné mercredi 23 janvier. "Ce sera fait durant le quinquennat" a-t-elle assuré à l’hebdomadaire. "Le président a la volonté d’avancer sur les conditions d’application de la loi de 1905. Et notamment en élargissant la notion d’association cultuelle" a-t-elle affirmé au Canard qui précise que "en accordant ce label à de nouvelles chapelles (…) il s’agit bien de rétablir le financement public des cultes". Car ce label permet aux associations qui en bénéficient d’obtenir des subventions de l’Etat ou aux donateurs de voir leurs dons partiellement défiscalisés.

Sectes

Et selon l’hebdomadaire, "les congrégations religieuses ne seraient pas les seules concernées par ce ’toilettage’". Les Témoins de Jéhovah ou l’Eglise de Scientologie pourraient obtenir les nouveaux avantages et ainsi "bénéficier de la bénédiction de l’Etat", précise le Canard qui rappelle la réception de Tom Cruise, "vitrine de la Sciento", par Nicolas Sarkozy lorsqu’il était ministre des Finances. Le président avait tenu à clarifier son attachement à la laïcité en tant que "respect de toutes les croyances et non un combat contre les religions" dans ses vœux aux responsables religieux, le 17 janvier, après avoir prononcé un discours très critiqué à Ryad sur l’héritage "civilisateur" des religions. Ces différentes déclarations ont fait éclaté une polémique et déclenché l’inquiétude des plus attachés au principe de séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Texte loi 1905

Voir aussi sur Betapolitique : Laïcité, des propos de plus en plus dangereux.

Voir aussi ce lien intéressant

Publié dans Vu sur le Web

Commenter cet article