L'Elysée réfléchirait à confier à la presse régionale les décrochages de France 3

Publié le par titof

Selon le site d'information MediaPart, des discussions seraient en cours entre l'Elysée et la presse quotidienne régionale (PQR) pour confier à celle-ci la responsabilité des décrochages régionaux de France 3. Cette réflexion est la conséquence de l'annonce faite par Nicolas Sarkozy, le 8 janvier, de la suppression de la publicité à France Télévisions.

Le schéma étudié par l'Elysée verrait la structure nationale de France 3 conservée, sans publicité. Les rendez-vous de la mi-journée et la tranche 18 h 30 - 20 h 30 seraient confiés, avec leurs parts de publicité, à la presse quotidienne régionale grâce à la création de sociétés d'économie mixte, intégrant aussi les collectivités locales, notamment les conseils régionaux.

Cette solution permettrait de trouver un important renfort budgétaire au moment où les ressources publicitaires de la chaîne sont appelées à disparaître. Par ailleurs, cette nouvelle répartition ne manquerait pas de susciter l'intérêt des acteurs de la PQR, qui ont connu sur dix ans une baisse de diffusion de leurs journaux de l'ordre de 10 %.

Dans un communiqué diffusé dimanche 27 janvier, le Syndicat national des journalistes (SNJ) de France 3 "demande à l'Elysée de faire instamment toute la lumière sur les négociations en cours et les enjeux qui en découlent pour l'avenir de la chaîne. (...)  En tout état de cause, ce schéma, s'il était retenu marquerait purement et simplement la fin de l'information sur France 3. La preuve s'il en fallait une que l'annonce présidentielle de la fin de la publicité sur les chaînes publiques n'est que l'arbre qui cache la forêt de la réduction à terme du périmètre audiovisuel", note le SNJ.

LA SOURCE

Si cela s’avère vrai, cela constitue, outre le fait d’une privatisation déguisée, une atteinte, aux bonnes mœurs de l’information, mais aussi de l’abus de bien social, va-t-on laisser longtemps encore Sarkozy et ses 40 voleurs, détruire tout sur son passage, sans que rien ni personne ne trouve rien à redire ?  Cela va une fois de plus favoriser les amis de Mr Sarkozy (oui, oui il en compte aussi parmi les patrons de la presse régionale), on revient au « bon temps » de l’ORTF quand le président dictait a son ministre de tutelle la ligne éditorialiste de la 1ère et seconde chaine. Nous devons dénoncer de tels agissements afin que la démocratie ne soit plus qu’un vague souvenir.

A bon entendeur…

Christophe

 

Publié dans Actualités

Commenter cet article

nouchema 30/01/2008 11:02

Je ne crois pas au démantèlement de FRANCE 3 aux profits des PQR qui n'en ont pas besoin : justement TLM et autres consorts tv locales sont déjà contrôlées par la PQR. La vraie question ne serait-elle pas de savoir quelle chaine de FTV est la plus gourmande en publicité, et donc, quelle chaine est la plus chère à financer avec des moyens autres que la PUB ? A propos de MediaPart, je pense que c'est du bidon, ou de l'intox, à choisir. Enfin, c'est ma vision des choses : est-ce que cette info n'était pas, en fait, pour faire parler de ce site, qui, cette semaine, doit valider son tour de table du point de vue Financier ... et vu que l'audience a du exploser depuis ce billet lâché, les administrateurs de ce site vont être tranquilles, coté "notoriété". MediaPart, c'est le nveau bébé de M. Edwy PLENEL l'ex-directeur de rédaction du Monde. Il a décidé de lancer un site d'informations payantes. Si pour l'instant il est gratuit, il va devenir payant à partir de Mars 08. Et pour atteindre un nombre d'abonnés minimum, il lui fallait une campagne de promo autour de ce site et aussi marquer les rédaction de l'arrivée d'un nouveau venu dans le "journalisme d'investigation" (selon les termes de la propre note d'intention du site). PERSONNELLEMENT, je trouve que c'est trop gros cette info sortie sur ce site, pour être sans arrière pensée. Mais peut être que je me trompe... Si tu veux j'ai écris un truc à ce propos s/ mon blog, c'est là : http://nouchema.blog.lemonde.fr/2008/01/29/les-blogs-dinformations-payants-sont-ils-prets-a-nous-vendre-des-salades/