Société générale: Ségolène Royal dénonce "l'inertie au plus haut niveau de l'Etat"

Publié le par titof

Ségolène Royal a dénoncé mercredi "l'inertie au plus haut niveau de l'Etat" dans l'affaire de la Société générale, souhaitant que Daniel Bouton ne soit pas "le seul à porter le chapeau".

"Je pense qu'il assume une grande responsabilité. Si les patrons qui gagnent autant d'argent en plus sont irresponsables, c'est un problème de morale vis-à-vis des principes de responsabilité, des droits et des devoirs", a déclaré la candidate socialiste à l'élection présidentielle de 2007 lors d'un déplacement à Argenteuil (Val-d'Oise) pour soutenir le candidat socialiste aux municipales.

Ségolène Royal a cependant estimé que M. Bouton "n'est pas le seul responsable" de la fraude à la Société générale. "Il y a eu une inertie au plus haut niveau de l'Etat sur l'anticipation et l'identification de la crise financière. Il ne faudrait pas qu'il soit le seul à porter le chapeau, mais en même temps il doit porter cette responsabilité-là. C'est au conseil d'administration et aux actionnaires d'en décider, mais aussi à l'Etat de ne pas jouer la protection entre puissants", a-t-elle ajouté.

Interrogée sur ce qu'elle aurait fait si elle était présidente, Mme Royal a répondu qu'elle aurait réagi dès la première alerte de l'autorité de régulation des marchés au mois de novembre. "On aurait pu dès le mois de novembre réunir tous les présidents des banques françaises pour voir exactement ce qui allait arriver dans le cadre de la crise financière", a-t-elle jugé.

La présidente du conseil régional de Poitou-Charentes a souhaité que l'Etat "recadre les banques". "Si la privatisation aboutit à des choses pareilles, il faut reposer la question de la responsabilité de l'Etat, la question aussi de la responsabilité des actionnaires. Ce qu'il faut, c'est que la banque rende l'argent aux petits et aux moyens épargnants qui, souvent, ont payé des tarifs et des pénalités bancaires insupportables". AP

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article