Le moral des ménages français au plus bas depuis 1987

Publié le par titof

AFP

Le moral des ménages français à son plus bas niveau historique en janvier

Le moral des ménages a poursuivi sa chute en janvier, touchant le plus bas niveau de son histoire, signe du malaise croissant des Français face à la dégradation de la situation économique et de leurs craintes pour leur pouvoir d’achat.

L’indicateur de confiance des ménages publié mardi par l’Insee accuse une baisse de quatre points, s’établissant à -34 contre -30 en décembre, en données corrigées des variations saisonnières. Avec cette septième baisse consécutive, l’indicateur s’est au total écroulé de 21 points depuis juin dernier, note Marc Touati, économiste chez Global Equities.

Tous les soldes (différence entre les pourcentages de réponses positives et négatives) qui composent cet indicateur se dégradent mais c’est celui sur les "perspectives d’évolution du niveau de vie en France" qui accuse la chute la plus spectaculaire : douze points en l’espace d’un mois (-44), un record absolu.

L’opinion des ménages sur "l’évolution passée du niveau de vie en France" se détériore également (-2 points), indique l’Institut national de la statistique.

Le solde sur "l’évolution passée de la situation financière des ménages" recule également (-2 points) tandis que les Français sont à nouveau plus pessimistes sur leur "situation financière future" (-3 points), ajoute l’Insee.

"Dans ces quatre cas, les indices correspondants s’effondrent depuis six mois et atteignent des plus bas historiques. Et ce, malgré la baisse de l’indice relatif aux craintes d’augmentation des prix. En d’autres termes, la vraie inquiétude des ménages n’est pas tant dans l’inflation, mais plutôt dans la faiblesse durable de la croissance, de l’emploi et des revenus", analyse M. Touati.

Le solde sur "l’opportunité de faire des achats importants" cède lui aussi du terrain (-1 point), à son plus faible niveau depuis près de cinq ans.

"Or, on ne cesse de le répéter, la consommation des ménages est le moteur indispensable de la croissance française. Ce moteur est aujourd’hui sérieusement grippé", souligne Alexander Law, économiste au cabinet Xerfi.

En janvier, l’opinion des ménages sur les perspectives d’évolution du chômage se dégrade légèrement et ils sont un peu moins nombreux à penser qu’il est opportun d’épargner.

"Le solde relatif à l’opportunité d’épargner reste à haut niveau, très sensiblement supérieur à sa moyenne de long terme. Il est plus que probable que les Français soient en train de reconstituer une épargne de précaution, pour se préserver des mauvais jours. C’est donc autant d’argent en moins qui sera consacré à la consommation", poursuit M. Law.

Le sentiment des Français sur "l’inflation future" se dégrade également, alors que leur opinion sur "l’évolution passée des prix" s’améliore légèrement.

Commenter cet article