Législatives partielles: le PS appelle à un "message fort" contre la politique de Sarkozy

Publié le par titof

PARIS (AFP) - La gauche appelle à faire du second tour de deux législatives partielles dimanche en Eure-et-Loir et dans les Hauts-de-Seine, ancien fief électoral du président de la République, un "message fort (...) contre la politique de Nicolas Sarkozy".

Le premier tour de ces scrutins, organisés à la suite de l'invalidation des résultats de juin, a été marqué par une nette poussée des candidats du PS.

A Chartres, Françoise Vallet a gagné 14 points par rapport au dernier scrutin, devançant de peu le sortant UMP Jean-Pierre Gorges, maire de la ville, qui l'avait emporté de 59 voix seulement en juin.

Dans la 12ème circonscription des Hauts-de-Seine, Jean-Pierre Schosteck (UMP) devance Philippe Kaltenbach (PS) mais est en recul sur le score de juin, tandis que le candidat socialiste grimpe de sept points.

La progression de ses candidats au premier tour laisse espérer au PS des victoires qui auraient valeur d'encouragement à cinq semaines des élections municipales et cantonales, alors que la cote du chef de l'Etat continue de dégringoler dans les sondages. "La victoire de Françoise Vallet sera un message fort envoyé au gouvernement, sous forme de jugement contre la politique de Nicolas Sarkozy de la part de tous les Français qui n'ont jamais eu le moral aussi bas depuis 1993", a déclaré François Hollande à Chartres jeudi.

Le PS voit dans ces résultats la conséquence du mécontentement sur le pouvoir d'achat. "Une question de fond est posée et un signal est envoyé" par l'électorat. "Ce qui commence à peser, c'est la question du pouvoir d'achat, qui n'est pas résolue et qui commence à se traduire dans les urnes", a déclaré Stéphane Le Foll, directeur de cabinet du premier secrétaire du PS.

Jean-Pierre Schosteck ne dit pas autre chose lorsqu'il attribue les moins bons résultats de son parti "au brouillage d'image du président de la République" et à "l'impatience des gens de voir des mesures sur le pouvoir d'achat".

Son adversaire socialiste a d'ailleurs axé toute sa campagne du second tour sur ce thème, notamment dans les quartiers populaires qui ont peu voté au 1er tour.

Par delà ces élections partielles, le porte-parole de l'UMP Yves Jégo a dénoncé une "tentative de politisation" du PS qui veut faire des municipales "une opération nationale".

Publié dans Actualités

Commenter cet article