Sécurité: la politique de Sarkozy "ne marche pas", accuse Delanoë

Publié le par titof

TOULOUSE - "La politique qui est menée depuis six ans" contre l'insécurité par Nicolas Sarkozy, successivement ministre de l'Intérieur et président de la République, "ça ne marche pas", a jugé Bertrand Delanoë vendredi après-midi à Toulouse à propos du plan pour les banlieues dévoilé dans la matinée par le chef de l'Etat.

Venu soutenir à Toulouse le candidat socialiste aux municipales Pierre Cohen, le maire de Paris a estimé qu'"on ne résout pas les problèmes de l'insécurité par des mots, mais par des actes et par des politiques et des dispositifs".

"Le président de la République, aujourd'hui, a fait un discours sur le plan banlieues. Il a dit que ça ne va pas en matière de sécurité, mais cela fait six ans qu'il le dit et qu'il en est responsable (...) C'est la signature d'un échec". "Il y a d'autres manières de traiter la sécurité qui sont efficaces", a lancé Bertrand Delanoë.

Interrogé sur le poids du contexte politique national sur les élections locales, le maire de Paris a observé que "malheureusement, le résultat de l'élection ne peut pas changer le président de la République ou la majorité parlementaire". "Nous sommes des démocrates, des légalistes, on n'a aucun goût pour le putsch", a-t-il précisé.

En soutien à la candidature de Pierre Cohen opposé à Jean-Luc Moudenc, maire sortant centriste, soutenu par l'UMP, M. Delanoë a évoqué "la nécessité que la conviction politique des Toulousains rejoigne l'intérêt de cette ville". La Ville rose "s'endort et c'est par les idées progressistes et par la candidature de Pierre Cohen et de son équipe" que Toulouse "peut retrouver le dynamisme et être une ville du XXIe siècle où on donne de l'importance à la modernité des transports en commun, au développement durable et à la solidarité", a-t-il jugé.

Arrivé en milieu d'après-midi, le maire de Paris a parcouru les rues du centre-ville avec M. Cohen avant une réunion publique prévue en début de soirée salle Jean-Mermoz.

Dans la matinée, M. Delanoë s'était rendu à Rodez (Aveyron) pour soutenir le candidat PS Christian Teyssèdre, qui se présente face à Régine Taussat (UMP), Jean-Louis Chauzy (MoDem) et Jean-François Théron (Nouveau centre). Il espère conquérir la municipalité acquise à la droite depuis 55 ans, alors que le maire sortant UMP, Marc Censi, ne se représente pas. AP

Commenter cet article