Trois policiers suspendus pour comportement antisémite

Publié le par titof

PARIS (Reuters) - Trois policiers soupçonnés d'insultes et de menaces racistes et antisémites proférées dans un bar d'Amiens, dans la nuit du 1er au 2 février, ont été suspendus par la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie.

"Le comportement de ces fonctionnaires est en contradiction totale avec la déontologie de la police nationale et son action quotidienne contre toutes les formes de discriminations", précise le ministère dans un communiqué.

Les trois policiers ont fait l'objet d'une suspension immédiate, ajoute-t-on. Ils ont été placés en garde à vue vendredi avec deux autres protagonistes de l'affaire dans le cadre d'une enquête judiciaire ouverte pour "provocation à la haine raciale et apologie de crimes contre l'humanité".

Une enquête disciplinaire a été ouverte par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la "police des polices").

Selon un récit recueilli auprès des plaignants par une association et transmis au ministère de l'Intérieur, cinq hommes ont fait irruption dans un café d'Amiens dans la nuit du 1er au 2 février en criant "Sieg Heil!" et en faisant le salut hitlérien.

Ils auraient insulté deux serveurs d'origine africaine, proféré diverses insultes racistes et crié "mort aux juifs", toujours selon ce récit qui n'a pas été totalement confirmé par l'enquête de police.

Le patron du café aurait reconnu deux policiers de la brigade anti-criminalité. Il a relevé les plaques d'immatriculation des importuns et la police a identifié trois fonctionnaires grâce à cet élément.

Dans une affaire sans rapport, Michèle Alliot-Marie a ordonné cette semaine la suspension de deux policiers impliqués dans une fusillade dans un bar à Franconville, en région parisienne, durant la même nuit du 1er au 2 février, qui a fait un blessé grave. Le fonctionnaire qui a fait feu et était ivre a été écroué.

Natacha Crnjanski, Thierry Lévêque

Publié dans Actualités

Commenter cet article