Sarkozy perd la main, selon la presse française

Publié le par titof

Les éditorialistes notent les multiples difficultés du chef de l'Etat, qui est en train de perdre la main face à l'opinion, à quelques semaines des élections municipales.

Une large majorité d'éditorialistes de la presse française admet, mardi 12 février, que dans plusieurs domaines, dont l'élection municipale dans son ex-fief de Neuilly, Nicolas Sarkozy est en train de perdre la main.

"Quand on est l'auteur, le metteur en scène, le régisseur, le producteur, l'éclairagiste et le seul acteur de la pièce, il est logique qu'on reçoive tous les lauriers. Ou tous les sifflets", note Laurent Joffrin dans Libération. "C'est le sort que le public réserve désormais à l'omniprésident qui nous gouverne: celui d'omnibouc émissaire", remarque-t-il.

"C'est la règle du boomerang : plus on le lance loin et fort, plus il revient vite et violemment. Nicolas Sarkozy en fait aujourd'hui l'expérience à ses dépens. Pour reprendre la main le président de la République va devoir mieux hiérarchiser et expliquer son action et ses contraintes. A ce stade, cela ressemble à un contre-emploi", affirme pour sa part Le Monde.

"La majorité se met à grogner"

Pour L'Humanité, "ce qui ne passe plus, c'est tout à la fois l'arrogance du pouvoir, les méthodes de cour anachroniques, le mépris des paroles données, l'irresponsabilité des engagements non tenus, la violence des politiques frappant les plus faibles, l'indifférence du pouvoir devant leurs conséquences, l'impudence des choix enrichissant toujours les plus riches", explique Pierre Laurent.
"Dans tous les domaines, le chef de l'Etat perd la main", constate Philippe Waucampt dans Le Républicain Lorrain. "Son plan banlieues est couturé de rustines (...) Le fief de Neuilly est saisi de convulsions. La majorité parlementaire, après avoir douté, se met à grogner", ajoute l'éditorialiste, qui souligne également que "la fortune étant réversible, les habits présidentiels, une fois retournés, pourraient prendre l'allure d'une veste électorale."

Neuilly, nouvelle épine dans le pied

"Le style déçoit, le charme n'opère plus. Face à l'adversité, Nicolas Sarkozy devrait assumer", assène Rémi Godeau dans l'Est Républicain. "Jamais les Français n'ont infligé aussi vite un tel avertissement, par voie de sondage, à un président qui n'a même pas accompli sa première année de mandat", écrit, de son côté, Jean-Michel Helvig dans La République des Pyrénées.

A propos de la confusion qui règne concernant l'élection municipale à Neuilly, Philippe Reinhard note dans L'Eclair des Pyrénées que "l'incident de Neuilly n'est certes pas décisif. Mais il contribue encore un peu plus à alourdir une atmosphère défavorable au chef de l'Etat".

Hervé Favre dresse le même constat dans La Voix du Nord estimant que Nicolas Sarkozy "porte (...) une grosse part de responsabilité en ayant choisi le mauvais candidat et en ayant pensé que ses ex-administrés se laisseraient imposer le choix du prince."

LA SOURCE

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article