Grand Journal : le futur Premier ministre donne le ton

Publié le par titof

Invité du Grand Journal de Canal Plus ce lundi, Xavier Bertrand s'est livré à un numéro de provocation et de mauvaise foi assez extraordinaire en disant, pour résumé, que les électeurs qui ont fait confiance à Nicolas Sarkozy le 6 mai dernier pourraient se carrer les résultats promis dans le fion au moins jusqu'en mai 2012, l'efficacité d'une politique moderne et novatrice comme celle du président de sa République ne pouvant pas se mesurer dans l'instant, mais seulement à la fin de la course...

Un discours qui, on s'en doutait, avait tout pour plaire à Jean-Michel Aphatie, qui bien que ce ne soit pas du tout le sujet de l'émission, n'a pas pu s'empêcher d'y aller de son petit laïus, éminemment destructeur comme de coutume, sur l'initiative de ceux qui ont lancé un "appel du 14 février" dans les colonnes de Marianne, Aphatie distribuant tour à tour coups de gourdin, coups de pelle et coups de pioche à tous les signataires suffisamment connus pour mériter d'être lapidés en direct par sa Majesté de RTL et de Canal Plus (NDR : de lèche), référence des éditorialistes entre la rue Bayard et le quai André Citroën.

Effet qui n'a sans doute pas été le moins croustillant d'un lynchage public qu'il n'aurait pas osé réclamer dans un bon jour, s'attendant sans doute à une émission au cours de laquelle on aurait pu lui demander s'il ne se foutait pas ouvertement de la gueule du monde, Xavier Bertrand, qui appelait Jean-Michel Aphatie "Jean-Michel Aphatie" en début d'émission, a bien vite opté pour un plus direct "Jean-Michel" tout court, avant peut-être de caresser l'épaule de celui qui a du devenir "Jean-Mimi" en coulisses, quand les deux compères se sont mutuellement caressés les épaules en se gaussant de la façon dont Aphatie avait démoli les signataires de l'appel du 14 février.

Pour le reste, tout est allé on ne pouvait mieux : Bertrand fait toujours mine de rougir comme une grosse pucelle quand on évoque son nom pour remplacer François Fillon en tant que Premier ministre, un Fillon qui vient sans le savoir de fournir une dague on ne peut plus effilée à Nicolas Sarkozy pour le saigner impitoyablement après le show un peu trop médiatique de Villiers-le-Bel qui ne devrait pas donner grand-chose, et il le jure devant Dieu, les résultats "seront" au rendez-vous, les réformes étant toujours lancées au rythme de 43,91 par jour et ne pouvant déboucher, à l'horizon 6347, que sur quelque chose de concret dont les Français d'alors seront bien reconnaissants... le nez collé au hublot de leur capsule spatiale, quand ils seront en recherche d'une planète de classe "M" pour y recréer un semblant de franchouillardise.

Vous avez du mal à y croire ? Demandez à la Grosse pucelle (Bertrand), à Tronche en biais (Pécresse), à la Charretière (Yade) ou à la Pompe à vélo et à d'autres choses (Jégo), tous vous le confirmeront !

LA SOURCE

Publié dans Vu sur le Web

Commenter cet article