Pas d'accord 2008 sur les salaires dans la Fonction publique

Publié le par titof

PARIS - Les fédérations de la Fonction publique ne signeront pas le volet salarial du protocole sur le pouvoir d'achat présenté par le ministre du Budget et de la Fonction publique Eric Woerth, jugeant "insuffisante" la revalorisation générale de 0,8% proposée pour 2008, a-t-on appris mercredi auprès des syndicats.

Il n'y a eu aucun accord sur les salaires des fonctionnaires entre les différents gouvernements et les syndicats depuis 1998.

Certaines fédérations sont en revanche prêtes à signer d'autres volets du protocole proposé par M. Woerth, notamment sur les comptes épargne temps (CET) ou encore les points d'indice supplémentaires pour les bas salaires (fonctionnaires de catégorie C).

Mercredi, la Fédération syndicale unitaire (FSU, premier syndicat de la Fonction publique d'Etat) a annoncé qu'elle rejetait en bloc le protocole d'accord. L'UNSA, de son côté, se dit prête à signer "partiellement" l'accord présenté.

L'UNSA rejette la proposition sur la hausse du point d'indice de 0,8% qu'elle juge "insuffisante", ainsi que la création d'une "garantie individuelle de pouvoir d'achat" (GIPA) permettant de rattraper au cas par cas une éventuelle perte en fonction de l'évolution des prix. Le syndicat est en revanche prêt à signer le volet social, "sous réserve de certains amendements" sur l'essentiel des mesures prévues.

Selon la secrétaire générale de l'UNSA-Fonction publique Elisabeth David, il est "impossible de signer le volet salarial qui entérine une hausse du point d'indice en dessous de l'inflation", alors que les syndicats réclamaient une hausse de 1,6%.

La CFTC, elle aussi, refuse de ratifier le volet salarial. "Il n'y aura une fois encore pas d'accord sur les salaires cette année", a déclaré à l'Associated Press le porte-parole de la CFTC-Fonction publique Michel Moreau. "On peut le regretter mais le point d'indice n'est pas l'alpha et l'oméga du pouvoir d'achat" a-t-il jugé. La CFTC pourrait donc comme l'UNSA ratifier certaines autres parties du protocole qu'elle juge "intéressantes".

Selon M. Moreau, le cabinet d'Eric Woerth "ne propose plus aux organisations syndicales de signer la partie sur le point d'indice, sachant qu'il n'emportera aucune signature. Sur cette question, on s'oriente vers une mesure unilatérale".

Charles Bonissol, président de la fédération CFE-CGC, a précisé dans la soirée que son syndicat signerait quatre volets sur six. L'organisation se refuse à signer la hausse du point d'indice et le compte épargne temps. Sur ce dernier point, il estime que le tarif "est beaucoup trop faible". "C'est une mesure qui doit être rémunérée correctement", ajoute-t-il. Quant à la hausse de 0,8% du point d'indice proposée par le gouvernement, il l'a jugée "inacceptable".

Il a revanche salué des "signes forts du gouvernement sur les autres volets".

Par ailleurs, selon les syndicats, le ministère avait donné jusqu'à mercredi soir aux syndicats pour décider d'une éventuelle signature, délai repoussé à jeudi.

Le syndicat FO des fonctionnaires devait se prononcer ce mercredi dans la soirée mais son secrétaire général Gérard Noguès indiquait dans l'après-midi que "le compte n'y est pas".

La CFDT doit se prononcer jeudi mais était sur la même position mercredi que l'UNSA et la CFTC. La Confédération ne signera pas la proposition de hausse de 0,8% et rendra sa décision sur les autres volets jeudi.

La CGT pour sa part a décidé de se donner "quelques jours" pour réfléchir, tout comme Sud-Solidaires, mais ces deux organisations ne cachaient pas mercredi qu'elles n'approuveront pas le montant proposé pour la revalorisation du point d'indice. AP

Publié dans Actualités

Commenter cet article