Quand le lancé de soulier supplante la tarte à la crème.

Publié le par Sarkomance

Un manifestant a lancé une chaussure lundi en direction du Premier ministre chinois Wen Jiabao qui prononçait un discours à l'université de Cambridge, au dernier jour de sa visite au Royaume-Uni, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le manifestant s'est levé et a lancé une chaussure de sport en direction du dirigeant chinois en criant "c'est un scandale", avant d'être rapidement maîtrisé et expulsé de la salle, selon ce journaliste.

La chaussure est tombée à moins d'un mètre du Premier ministre qui s'exprimait sur une estrade dans une salle de concert de la prestigieuse université.

Le manifestant, un jeune homme d'allure occidentale vêtu d'un T-shirt, s'est également écrié: "Ce dictateur là-bas, comment peut-on écouter les mensonges qu'il raconte? Vous ne le contredisez pas", avant de souffler dans un sifflet.

"Levez-vous et protestez", a-t-il crié à l'adresse de l'assistance alors qu'il était évacué par les services de sécurité.

"Honte à toi, honte à toi", lui ont répondu des spectateurs.

Impassible, le Premier ministre chinois n'a pas bronché pendant l'incident.

"Ce comportement méprisable ne saurait interférer dans l'amitié entre la Chine et le Royaume-Uni", a-t-il déclaré, recueillant une salve d'applaudissements d'une salle apparemment composée essentiellement d'étudiants chinois.

Cet incident rappelle celui intervenu le 14 décembre à Bagdad au cours d'une conférence de presse de l'ex-président américain George Bush et du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki: un journaliste irakien s'était levé brusquement puis avait crié "c'est le baiser de l'adieu, espèce de chien", avant de lancer ses deux chaussures sur M. Bush.

Un porte-parole de la police du comté de Cambridgeshire Police a indiqué que le manifestant avait été arrêté pour trouble à l'ordre public, sans plus de précisions.

Un des membres de la sécurité de l'université a déclaré que le protestataire n'avait "pas résisté" quand il a été reconduit à la porte de la salle.

Un surveillant a précisé à l'AFP que l'homme s'était levé et qu'il avait commencé à "protester". Les membres de la sécurité lui ont alors demandé de se taire et de se rasseoir. Mais "il a continué, a enlevé sa chaussure et l'a lancée en direction de l'estrade... Les cris faisaient partie d'une protestation légitime mais lancer une chaussure, c'est quelque chose de différent", a indiqué le surveillant.

Un porte-parole de l'Université de Cambridge a qualifié l'incident d'"extrêmement regrettable". "Mais cela n'a pas gâché l'événement. Notre université est un lieu de débat, de discussions et de disputes respectueuses, mais pas pour lancer des chaussures", a-t-il ajouté à l'AFP.

Le porte-parole a précisé que le protestataire avait agi seul, refusant de se prononcer sur son identité, et que son geste n'avait pas constitué de "menace sérieuse pour qui que ce soit à n'importe quel moment".

La visite de M. Wen avait été marquée par l'arrestation de cinq militants pro-Tibet, dimanche lors d'une manifestation à Londres. La situation des droits de l'homme en Chine a été brièvement abordée par le Premier ministre britannique Gordon Brown lors de ses discussions avec son homologue.

 

Attention Sarko tu as déjà gouté à la tarte à la crème (Gloup Gloup),  les semelles n’ont pas la même saveur.

A bon entendeur…

Sarkomance

Publié dans Vu sur le Web

Commenter cet article